“The Good Wife” – Saison 1

1

La fiche technique:

Année: 2009
Créateurs:
 Michelle King
Producteurs: Michelle King, Robert King
Production: CBS Television – Scott Free Production
Acteurs: Julianna Margulies (Alicia Florrick), Chris Noth (Peter Florrick), Josh Charles (Will Gardner), Archie Panjabi (Kalinda Sharma), Matt Czuchry (Cary Agos), Graham Phillips (Zach Florrick), Makenzie Vega (Grace Florrick), Alan Cumming (Eli Gold), Christine Baranski (Diane Lockhart)
Chaîne de diffusion: CBS
Genre: Drame – Juridique
Saisons: 5 (série en production) – 112 Episodes
Diffusion en France: depuis le 3 février 2011 sur M6 (Saison 1 et 2) puis sur Teva pour la saison 3, 4 et 5

“The Good Wife” Saison 1- Le pitch:

Alicia Florrick voit sa vie basculer après l’annonce d’un scandale impliquant son mari, le procureur et homme politique, Peter Florrick. Entre sexe et détournement de fonds et malgré l’humiliation publique et l’acharnement des médias sur sa vie, Alicia décide malgré tout de poursuivre sa carrière et de reprendre ce qu’elle sait faire de mieux, avocate.

Grâce à l’aide de son ami de lycée, Will Gardner, elle va trouver une place d’assistante junior dans le grand et glorieux cabinet “Stern, Lockhart & Gardner”. Entre les nouveaux sortis de la fac et la compétition avec les cabinets concurrents, elle va se démener pour gagner ses procès et casser son image de femme brisée.

La bande annonce:

Mon avis:

“The Good Wife” est une série dramatique créée par Michelle et Robert King, dans le milieu juridique, parfois corrompu, des Etats-Unis. On n’assiste pas ici à une énième mise à l’écran de “New York: police judiciaire”, mais à la force d’une avocate qui essaye tant bien que mal de relever la tête et de continuer sa vie après un scandale qui envoie son mari, procureur et homme politique réputé, en prison.

Cette série a été nominée plus d’une dizaine de fois dans diverses catégories. La première saison a réuni plus de 13 millions d’adeptes. Les réalisateurs nous offrent un concept judiciaire original et un casting de choix.

Michelle et Robert King (“Dernier Recours”) nous présentent ici le monde de requins dans lequel nagent les hommes politiques et les cabinets juridiques et ils le réalisent à merveille. Tiraillée entre l’amour qu’elle porte à son mari et le doute qui s’installe après le procès de celui-ci, Julianna Marguiles (“Urgences”, “City Island”), qui nous rappelle presque Famke Janssen, interprète avec brio le rôle de la femme bafouée mais qui se relève, en gardant la tête haute. La chaîne CBS a fait un carton avec la première saison qui a réunie plus de 10 millions de téléspectateurs par épisode.

Les King se sont inspirés officieusement du scandale qui toucha Eliot Spitzer, gouverneur de l’état de New York, impliqué dans un scandale avec des prostituées.

Avec 66 nominations et 9 récompenses entre 2009 et 2013, “The Good Wife” mérite amplement toutes les faveurs du public, même si les audiences françaises n’ont pas été suffisantes pour que la chaîne M6 continue la diffusion. La série est donc relayée sur Teva, chaîne du groupe M6, à partir de la saison 3.

La gente féminine sera heureuse de savoir que cette série attribue une place dominante aux femmes. Cela se constate par le casting de choix sélectionné avec des pincettes. Tout d’abord on doit souligner la performance de Julianna Marguiles, qui a, entre autre, été récompensée par un Golden Globe et nominée 3 années de suite dans cette catégorie.

Aux côtés de Julianna on a Kalinda Sharma (Archie Panjabi; “Joue la comme Beckham”, “Yasmin”), une détective privée au caractère de feu qui va aider notre héroïne dans ses enquêtes. Archie est extraordinaire dans le rôle de cette femme solitaire, indépendante et téméraire. On ne sait rien d’elle, le mystère plane tout au long de la première saison. Lors de la deuxième saison, on apprend un peu plus de choses sur son passé, notamment son vrai prénom, mais je vais laisser un peu de mystère là-dessus, il faut découvrir son rôle au fur et à mesure de la série. Elle a, en tout cas, fort mérité son Emmy Award en 2010.

Dans le rôle du mari volage, nous retrouvons ici Chris Noth (“New York: Section Criminelle”) le célèbre Mr Big de “Sex and the City”. Convaincant ou pas, pour ma part, il fait plutôt parti du décor. On l’oubli assez régulièrement pendant les épisodes et on ne s’inquiète guère de sa sortie de prison. Cependant, il faudra noter que ses actions font vivre un enfer à sa femme, et elle mérite aisément quelqu’un de meilleur.

Cette série sort du lot. On se prend d’intérêt autant pour les procès que pour la vie personnelle des personnages. “The Good Wife” s’avère donc être un joli concept judiciaire. Une réalité proche des scandales médiatico-politique américains, qui ont pu toucher des épouses comme Hillary Clinton.

En bref, cette série mérite toute notre attention. Alicia, à la fois forte et fragile, la rend unique et digne d’intérêt.

 A noter que plusieurs guests ont participé à cette série durant les différentes saisons, rendant le show encore plus vivant et intéressant. On y verra Martha Plimpton, qui a d’ailleurs reçu un Emmy Award pour son rôle, Amanda Peet, Maura Tierney, Kristin Chenoweth, Matthew Perry, Michael J. Fox (nominé 2 fois aux Emmy Awards), America Ferrera, Michael Ealy, Denis O’Hare, Carrie Preston, Gary Cole ou encore Lisa Edelstein

the-good-wife-critique-saison-1-essentiel-series

Le casting de “The Good Wife”

Partager.

A propos de l'auteur

Un commentaire

  1. Ping de retour Les séries renouvelées et annulées 2013/2014 - Mise à jour du 11 décembre 2013 | Essentiel-Series

Laissez une réponse