“The 100 ” – Saison 1

1

La fiche technique:

Année: 2014
Créateurs:
  Jason Rothenberg (D’après le roman The 100 de Kass Morgan)
Producteurs: Jason Rothenberg, Bruce Miller, Jae Marchant
Production: Channel Road Productions, Platinum Dunes
Acteurs: Eliza Taylor-Cotter (Clarke Griffin),  Paige Turco (Abigail « Abby » Griffin), Thomas McDonell (Finn Collins), Bob Morley (Bellamy Blake), Marie Avgeropoulos (Octavia Blake), Devon Bostick (Jasper Jordan), Christopher Larkin (Monty Green), Henry Ian Cusick (Marcus Kane), Isaiah Washington (Chancelier Thelonius Jaha), Eli Goree (Wells Jaha), Lindsey Morgan (Raven Reyes), Ricky Whittle (Lincoln)
Chaîne de diffusion: The CW
Genre: Post-Apocalyptique – Science Fiction
Saisons: 2 (En production) – 23 Episodes
Diffusion en France: Le 20 janvier sur Syfy

“The 100” – Le pitch:

Alors que la Terre est devenue radioactive suite à une guerre nucléaire, certains survivants ont eu le droit d’aller vivre dans l’espace, avant qu’il ne soit trop tard, dans une station spatiale appelée l’Arche (The Ark).

Après plusieurs générations de survivants et 97 ans passés dans l’espace, les ressources commencent à se faire rares pour la génération actuelle. Même après avoir limité le nombre d’enfants à un par couple et avoir appliqué d’autres résolutions drastiques sous peine de prison, l’air commence quand même à manquer et les rations à diminuer. Pour essayer de résoudre le problème, le conseil se réunit et se met d’accord sur une solution; envoyer des hommes et des femmes sur Terre pour vérifier qu’elle ne soit plus radioactive, et qu’elle est donc viable.

Mais qui va-t-on bien pouvoir envoyer ?

Le conseil décide de piocher parmi les prisonniers et de prendre 100 délinquants juvéniles pour mener à bien cette mission (suicide). Une fois sur Terre, chacun connecté à un bracelet électronique, ils envoient un signal à l’Arche jusqu’à ce qu’ils meurent.

C’est alors entre les mains de ces 100 délinquants que repose l’avenir des habitants de l’Arche. Mais la Terre est-elle encore viable ? Et surtout, est-ce réellement la radioactivité le plus grand danger sur cette nouvelle Terre ?

La bande annonce:

Mon avis:

J’étais totalement emballée par le principe, fascinée par le post-apocalyptique j’étais bien curieuse de voir ce que pouvait nous offrir The 100.

Mon enthousiasme a vite déchanté à la vue du réalisme de la série. Il faut s’attendre à tout dans The 100, oubliez tout ce que vous savez sur la médecine et sur les armes. Vous serez bien déçus et la série n’aurait pas pu durer plus d’un épisode si on était resté sur du crédible et du réaliste. Des premiers épisodes et dialogues mauvais, des jeunes acteurs qui parfois ont du mal à nous vendre leurs sentiments et de la radioactivité sélective.

Mais passons, The 100 reste quand même addictive, on en oublie assez vite les défauts et je vous explique pourquoi.

Ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort (et plus mature…)

En ce qui concerne les jeunes “délinquants” envoyés sur Terre, leurs genres sont assez divers. On a la jeune fille injustement enfermée pour être née (oui, ils ne pardonnent rien sur l’Arche), le jeune homme révolutionnaire prêt à tuer pour faire passer un message, la jeune visionnaire enfermée pour ses idées et puis on passe du traître au délinquant plus sérieux. Scénarios plausibles: ils s’entretuent suite à une anarchie totale ou ils essayent de créer de nouvelles règles pour essayer de survivre.

Deux scénarios qui  font ressortir deux personnages, Bellamy Blake (Bob Morley) et Clarke Griffin (Eliza Taylor). L’un va essayer de libérer “son peuple” des griffes de l’Arche alors que l’autre veut essayer de résonner le plus de monde possible et mener à bien la mission donnée par le conseil. Pour les personnes qui ont facilement été agacées de Sookie (Anna Paquin) dans True Blood, par ses pleurs et ses cris à longueurs d’épisodes, vous retrouverez un peu le même personnage chez Clarke (au secours !).

Mais tout ça n’est que pour le début. Ces jeunes vont vite apprendre à mettre leurs différents de côté et à se serrer les coudes pour survivre. Personne n’est à l’abri des nouvelles menaces qui planent sur leurs têtes.

Et boom, au bout de quelques épisodes (et quelques morts), vous obtenez des personnages un peu plus matures (sauf pour Clarke qui pleure toujours autant). N’oubliez pas non plus que The 100 est une série The CW, donc le côté ado prédominera jusqu’au bout. Tout comme les clichés que la chaîne semble avoir du mal à laisser tomber.

En bref, le casting s’améliore, mais il faut quand même patienter 3 ou 4 épisodes pour être à l’aise.

The 100, une série ambitieuse

Si on arrive à mettre de côté les détails techniques qui clochent, on se rend compte que le scénario a un très bon fond et certains passages font en sorte de vous donner envie de continuer. Par exemple, en ce début de saison on va voir quelques images de choses qui vont nous intriguer, nous donner envie de rester devant 13 épisodes pour en savoir plus. On s’étonnera que la série ne les aborde plus après, mais il est trop tard, on est pris dans l’engrenage et on enchaîne sur la saison 2 sans s’en rendre compte.

Autre détail, la réalisation est de plus en plus surprenante. Si on pouvait qualifier le premier épisode de passable, on se dirige vers une qualité supérieure à partir de la mi-saison. Même si on a pu remarquer que certains détails étaient loin d’être crédibles, la mise en scène reste réussie, les effets spéciaux sont bons et les scènes qui méritent notre attention sont bien exploitées, tout comme les scènes d’actions qui sont assez bien servies.

On va pouvoir rapprocher The 100 à Lost. Personne n’est à l’abri de disparaître du générique. Et cette première saison va nous le prouver à plusieurs reprises, ce qui fait planer une sensation d’insécurité constante à chaque épisode, “que va-t-il encore se passer ?”. Chaque action de chaque personnage peut avoir un impact tragique sur la série et le destin de ses camarades. Une des raisons pour lesquelles je n’ai toujours pas décroché de cette série d’ailleurs.

La survie des bons dépend de la survie des moins bons

Pendant ce temps sur l’Arche…

Je ne peux pas en dire trop sur ce qu’il se passe là-haut sans vous dévoiler trop de détails mais je peux quand même dire que les personnes les plus immatures et dangereuses ne sont pas forcément celles que l’on croit. Après avoir envoyé ces jeunes sur Terre, le conseil va devoir subir quelques ajustements. Ce côté de la série n’est pas vraiment mieux exploité que la partie terrestre, mais on a droit à quelques rebondissements qui vont changer l’avenir de la population. La suite vous la saurez en regardant la série.

En bref, The CW nous livre une série pas comme les autres. Moitié ado, moitié adulte. On aime les personnages pour ensuite les détester un peu plus. Mais le champ des possibles est vaste et c’est ce qui nous pousse à continuer jusqu’au bout. Un goût de “reviens-y” nous est proposé à chaque fin d’épisode.

Série conseillée aux fans de science-fiction, tout en gardant en tête que vous allez quand même devoir manger quelques relations sentimentales bancales et dialogues pré-pubères maladroits.

the-100-critique-saison-1-essentiel-series

Clarke – Wells – Bellamy – Octavia

Partager.

A propos de l'auteur

Un commentaire

  1. Ping de retour Super Tuesday - Syfy et Canalsat voient leurs séries en grand | Essentiel-Series

Laissez une réponse