“Person Of Interest” – Saison 1

0

La fiche technique:

Créateurs: Jonathan Nolan
Producteurs: J.J. Abrams, Athena Wickham, Margo Lulick
Production:  Bad Robot Productions, Kilter Films, Warner Bros. Television
Acteurs: Jim Caviezel (John Reese), Michael Emerson (Harold Finch), Taraji P. Henson (Inspecteur Carter), Kevin Chapman (Inspecteur Lionel Fusco), Paige Turco (Zoe Morgan), Susan Misner (Jessica)
Chaîne de diffusion: CBS
Genre: Thriller – Action
Saisons: 2 (en production) – 39 Episodes
Diffusion: TF1 à partir du 6 mars

“Person of Interest” Saison 1- Le pitch:

John Reese est un ancien agent de la CIA. Aujourd’hui sdf et présumé mort, il va se retrouver engagé par un milliardaire pour d’étranges missions.

Harold Finch a travaillé pour le gouvernement sur la construction d’une machine capable de prévoir les actes terroristes dans la ville de New-York pour éviter de revivre un 11 septembre meurtrier. En se basant sur les caméras de surveillance de la ville et autres données informatiques, la machine repère les évènements avant qu’ils n’aient lieu.

Tout semble fonctionner pour le mieux mais le gouvernement décide de mettre de côté les alertes des crimes, délit, vols et autres “petits” incidents n’impliquant pas un acte massif de terrorisme.

Harold n’étant pas d’accord avec ce fonctionnement décide de récupérer les données de ces “petits” incidents pour les résoudre à sa manière. Petit inconvénient, la machine ne délivre que le numéro de sécurité sociale. C’est à ce moment là qu’interviendra John Reese. Retrouver la personne concernée, enquêter pour savoir si celle-ci sera victime ou coupable et empêcher l’acte d’être commis avant que des personnes soient blessées.

La bande annonce:

Mon avis:

Avec “Minority Report” déjà sorti au cinéma, il fallait se démarquer du scénario et c’est chose faite. Ne sachant pas si la personne d’intérêt sera la victime ou le coupable, notre homme se retrouve avec une chance sur deux de faire le mauvais choix.

Malheureusement le pilote n’exploitera pas toutes les possibilités que lui offrait le concept. Dommage pour Jonathan Nolan que l’on connaît pour l’écriture des scénarios de son frère pour “The Dark Knight” ou “Memento” qui saura faire preuve de grande maîtrise scénaristique mais qui n’arrivera pas à faire passer la redondance de certaines enquêtes principales. Le duo Abrams et Nolan viennent de créer un succès que TF1 s’est approprié dès l’annonce des audiences plus que positives.

Une fois la machine mise en route on connaît le chemin; personne concernée – enquête sur la personne – filature – résolution de l’enquête. Et il est vrai que dans certains épisodes, les enquêtes ne sont pas passionnantes. On peut avoir peur de la suite de la saison, mais pas d’inquiétude, la saison 1 est largement sauvée et en surprendra plus d’un.

On retrouve d’ailleurs l’esprit du film “Memento” dans cette série et pour notre plus grand plaisir, Michael Emerson qui avait fasciné dans “Lost” se retrouve encore une fois dans un rôle qu’il maîtrise à la perfection. Son personnage qui est assez décalé et très mystérieux lui sied à merveille. Il interprète Harold Finch, créateur de la machine et emplis de remords pour avoir laissé de côté les dangers non-pertinents, comme les accidents isolés, une culpabilité qui se ressent lorsqu’il évoque son travail passé.

Si sa prestation dans la série mérite tous les honneurs, on sera plus perplexe quant à celle de Jim Caviezel (Déjà Vu – La Passion du Christ). On pourrait croire qu’il est dénué de toute sensation ou sentiment humain. Même si son personnage, John Reese est quelqu’un de mystérieux, que sa vie est vide et qu’il n’a plus rien à perdre à travailler pour Finch, il rend les enquêtes longues et monotones. Je ne pense pas qu’il correspondait parfaitement à ce rôle.

Ce qui le rapproche de la machine est qu’il ai perdu quelqu’un mais le début de la saison ne nous en dira pas plus. La collaboration des deux hommes va leur permettre de tisser des liens et de dévoiler des détails de leur passé pour nous embarquer avec eux dans leurs missions. Le fait de nous donner certains détails va donner plus de crédit aux personnages et le duo ne va que se renforcer au fil de la saison.

En ce qui concerne les personnages secondaires il n’y a absolument rien à redire. Le pilote met l’accent sur la mission que se fixe l’inspecteur Carter; découvrir la véritable identité du duo. Taraji P. Henson (Boston Justice – Division D’élite) est vraiment impliquée dans le rôle de l’inspecteur Carter, on se rend compte qu’elle ne pourra pas fermer l’oeil de la nuit tant qu’elle ne sera pas venu à bout de son enquête.

Au fur et à mesure, des personnes plus importantes pour le gouvernement, comme la CIA et autres organisation vont venir se mêler à la mission de Finch et Reese. De vrais menaces qui vont mettre en péril les objectifs de nos héros.

En bref, “Person Of Interest” nous embarque dans une Amérique paranoïaque post 11 septembre, dans laquelle tout le monde est surveillé. Le principe intrigue et on pourra laisser une chance à la série de s’épanouir et de s’imposer comme une des meilleures nouveautés 2010/2011 sur CBS. D’ailleurs, même si le pilote ne m’a pas passionné plus que ça, il a obtenu la plus haute note depuis 15 ans lors des projections test.

On se retrouve ici avec un Batman des temps modernes et son acolyte un peu dérangé et mystérieux qui vont essayer de résoudre des crimes ou des vols avant qu’ils n’aient eu lieux. Avec une enquête différente par semaine, “Person Of Interest” permet aux spectateurs de pouvoir manquer un épisode sans manquer de très gros détails. Lorsque les enquêtes ne sont pas super intéressantes, on se retrouve avec des actions de second plan beaucoup plus prenantes et cela la démarque des autres séries policières que l’on a l’habitude de voir comme “Les Experts” ou “NCIS”.

person-of-interest-critique-saison-1-essentiel-series

Michael Emerson (Finch) – Kevin Chapman (Fusco) – Taraji P. Henson (Carter) – Jim Caviezel (Reese)

Partager.

A propos de l'auteur

Laissez une réponse