“Once Upon A Time” – Saison 1

5

La fiche technique:

Créateurs: Edward Kitsis, Adam Horowitz
Producteurs: Edward Kitsis, Adam Horowitz
Production:  ABC Studios
Acteurs: Jennifer Morrison (Emma Swan), Ginnifer Goodwin (Blanche-Neige-Mary Margaret Blanchard), Lana Parrilla (La reine noire-Regina Mills), Joshua Dallas (Le prince charmant-David Nolan), Jared S. Gilmore (Henry Mills), Robert Carlyle (Rumplestiltskin-La Bête-M. Gold), Jamie Dornan (Le chasseur-Shérif Graham), Meghan Ory (Le Petit Chaperon rouge-Ruby)
Chaîne de diffusion: ABC
Genre: Drame – Fantastique – Fantasy
Saisons: 2 (en production) – 34 Episodes
Site officiel: Once Upon a Time

“Once Upon A Time” Saison 1- Le pitch:

Blanche-Neige et le Prince Charmant sont sur le point de se marier lorsque la Reine Noire fait irruption et lance une malédiction sur leur royaume. Blanche et le Prince décident alors d’aller consulter le mystérieux mais dangereux Rumplestiltskin pour savoir quoi faire. Il leur explique que leur enfant est leur seul espoir et qu’il viendra les sauver le jour de ses 28 ans.

Quelques temps plus tard, la petite Emma naît et pour la protéger, Blanche et le Prince décident de l’envoyer dans un endroit sûr pour l’éloigner de la malédiction qui est arrive.

La Reine Noire a décidé d’envoyer tous les habitants du royaume dans un monde sans magie et sans souvenirs de qui ils étaient dans leur monde. Ils sont envoyés dans notre monde.

Pendant ce temps, Emma Swan, chasseuse de prime, est retrouvée par son fils, qu’elle a abandonné à la naissance. Elle le ramène auprès de sa mère adoptive. Pendant le trajet, Henry, son fils, lui montre un livre de contes de fées en lui expliquant que toutes les histoires racontées sont réelles et que les personnages vivent dans sa ville, à Storybrook, dans le Maine.

Emma n’en croît pas un seul mot mais le laisse continuer dans son histoire jusqu’au moment où Henry explique qu’elle est la seule à pouvoir tous les sauver. Au début sceptique, elle décide quand-même de rester quelques jours dans cette petite ville.

A son arrivée, l’horloge de la ville, qui n’avait jamais fonctionné, se remet en marche. Si Henry a raison, Emma qui vient de fêter ses 28 ans a t-elle réellement le pouvoir de tous les sauver?

La bande annonce:

Mon avis:

J’étais un peu sceptique à propos de “Once Upon a Time”. Mais après en avoir vu quelques épisodes, je ne peux que recommander de regarder cette série.

Tous les contes de fées de notre enfance sont présents. C’est un vrai plaisir de suivre cette saison. Les scénarios sont bons, la réalisation est bonne et les acteurs sont brillants. Robert Carlyle (Full Monty, 28 semaines plus tard) et Lana Parrilla (Boomtown, Lost) sont excellents en méchants quant à Ginnifer Goodwin (Big Love, Walk The Line) et Jennifer Morrison (How I Met Your Mother), elles sont surprenantes.

Certes, les effets spéciaux ne sont pas forcément de qualité parfaite, mais ce n’est qu’une infime partie du show. La qualité de la série repose surtout sur le scénario. La façon dont les contes et histoires pour enfants se mélangent est un régal pour l’imagination et pour les yeux. La façon dont les personnages évoluent dans notre monde a été pensée et réfléchie de la bonne manière. Jiminy Cricket, par exemple, est un psychologue, tout est en relation avec leurs anciennes vies.

La saison 1 de “Once Upon a Time” n’a aucun problème à nous prendre d’intérêt. Même si c’est un peu long à se mettre en place. Forcément, Emma a du mal à croire aux dires du jeune Henry, il lui faudra donc plusieurs épisodes pour se rendre compte qu’il y a réellement un problème dans cette ville. Mais peu importe la longueur de certains passages, les histoires nous bercent comme elles l’ont fait plus petit.

Ce qui est encore plus astucieux, c’est d’avoir réussi à mélanger les contes sans forcément gâcher leur contenu. Grincheux rencontrera marraine la bonne fée de Cendrillon, ou  Blanche Neige va croiser des personnages qui ne sont même pas dans son conte, mais ça importe peu car rien n’est laissé au hasard et les scénaristes ont tout fait pour nous y faire croire.

Je dirais uniquement que d’avoir modifier l’histoire du Petit Chaperon Rouge n’aurait peut-être pas été utile. C’est un renouveau, c’est sûr, mais c’est dommage.

En bref, “Once Upon a Time” est une série captivante qui mérite vraiment que l’on y accorde un peu de temps. Il faut croire qu’au final les contes de fées n’ont pas tous des happy endings. On retrouve de l’action, de l’amour, du suspens et du rêve.

Même si ce n’est que pour les premiers épisodes, “Once Upon a Time” mérite vraiment qu’on y jette un coup d’oeil, ne serait-ce que pour avoir un nouvelle vision des contes de fées qui ont bercé notre enfance.

Dans la saison 2, on s’éloignera un petit peu des sentiers des fées pour rencontrer le capitaine crochet ou Mulan entre autre.

Une saison 1 vivement conseillée à tous les amateurs de nostalgie, de contes, de fantasy et de chevaliers.

Once-Upon-a-Time-saison-1-essentiel-series

Prince Charmant – Blanche-Neige – Emma Swan – La Reine Noire

Partager.

A propos de l'auteur

5 commentaires

  1. j’aurai aimé que M6, mettent le titre en français, on ne vit pas aux Etat-Unis, en ce moment, les distributeurs, etc.. ne prennent plus le temps de francisé un titre c’est bien dommage.
    Jennifer Morrison (Dr House ) st très bien, tout comme Robert Carlyle (Stargate Univers” ), Lana Parrilla( 24 Heures chrono) campe la vilaine sorcière sans problème, je découvre Ginnifer Goodwin, très bien les cheveux un peu court pour jouer Blanche Neige mais surtout c’est le jeune Jared Gilmore qui joue Henry, un jeune talent prometteur.
    Mettre les contes en série télé n’est pas une nouveauté, il y a l’excellente série Grimm dans ce style, là c’est intéressante mélanger l’ “avant” et le présent , en arrangeant un peu les contes même ceux que les frères Grimm ont rassemblé dans leurs livres pourtant tous les épisodes ne sont pas du même niveau, certains ne sont pas accrocheurs, on les oublie rapidement et ce n’est pas bon.
    on verra bien la suite.

    • Je pense que c’est une bonne chose de ne pas changer de titre. Quand on regarde “Two and a half men” qui se transforme en “Mon Oncle Charlie” qui n’a plus trop d’intérêt sans Charlie ou “How I Met Your Mother” qui s’est transformé en “Comment je l’ai rencontrée” pendant un temps, un titre qui n’appuie pas du tout sur le sujet de la mère, il vaut mieux laisser le titre original pour ne pas que le fond de la série perde son sens.
      Et ça va dans l’autre sens aussi. Lorsque Engrenages a été adapté aux Etats-Unis j’ai trouvé ça dommage qu’ils renomment la série.
      Mais tout ça n’est que mon point de vue.

      “Grimm” n’est pas tout à fait la même chose. Le principe de “Once upon a time” est nouveau, tout comme le principe de la série “Grimm”. Dans OUAT il s’agit d’un univers parallèle comme dans le film “Il Etait une fois”. Dans Grimm il s’agit de transformation physique et de monde réel.

      • Je faisais le rapport avec Grimm car dans les 2 série, on parle de contes.
        Après cela est abordé de 2 manières complètement différentes, qui n’ont rien à avoir, et ma préférence va vers Grimm.

        Je ne suis pas d’accord avec vous, il faut changer le titre des séries mais en respectant e sens du titre orignal et non comment c’est la cas très souvent.
        Par exemple Madame est servie, en Amérique il me semble que c’est Who’s the boss? J’aurai préféré que la série s’appelle “Qui est le patron?” ou “Qui est le Boss? ”

        Là Once upon a time peut se traduire par Il était une fois.

        Les 2 séries que vous parlez n’est pas mon style, je ne comprend rien à leurs titres , moi et l’anglais ça fait 2.

        Il faut traduire les titres mais en gardant le sens du titre d’origine.

        • Nous n’avons donc pas le même point de vue là dessus.
          Par contre, au Canada ils ont déjà mis en place ce système de traduction. Beaucoup de séries ont un titre en français au Canada.

          • Laisser les titres en anglais, amène une difficulté, quand on veut parler en famille avec un titre en V.O. pas facile de se faire comprendre, certains qu’ils parlent Shakespeare, vont le dire avec l’accent et d’autres avec un style franco anglais.

            Je trouve que la Canada a raison, ils font le nécessaire pour la langue française soit bien présente et pourtant ils parlent très bien l’anglais là bas.

            Je ne veux pas d’une traduction quand vos exemples, qui ne sont pas juste par rapport au titre initial mais une traduction fidèle du titre original.

Laissez une réponse