“Metal Hurlant Chronicles” – Saison 1

0

La fiche technique:

Créateurs: Guillaume Lubrano
Producteurs: Pierre Spengler, Guillaume Lubrano
Production:  WE Productions
Acteurs: Scott Adkins (Guillam), Michael Jai White (Teague), Matt Mullins (Julian), Darren Shahlavi (Adam), Michelle Ryan (Jennifer), James Marsters (Brad Davis), David Belle (Le prisonnier), Cyrille Diabaté (Le garde), Jean-Michel Martial (Le commandant), Guy Amran (Trez Tarpoon), Jean-Yves Berteloot (Molan Droog), Patrice Delmont (L’homme cryogénisé), Eriq Ebouaney (Kaskoff), Craig Fairbrass (Timarek), Dominique Pinon (L’ingénieur), Kelly Brook, Joe Flanigan, Rutger Hauer (Kern) et Grégory Basso (Joshua)

Chaîne de diffusion: France 4 (et NoLife en 2013)
Genre: Science Fiction
Saisons: 2 (en production) – 15 Episodes
Site officiel: Metal Hurlant Chronicles

“Metal Hurlant Chronicles” Saison 1- Le pitch:

Les chroniques ne sont pas liées les unes aux autres, se situant chacune à plusieurs époques ou sur plusieurs planètes différentes elles n’ont en commun que le Loc-Nar, qui a croisé la route des personnages de chacun des récits.

Le Loc-Nar c’est le dernier morceau d’une planète qui fut réduite en poussière par la folie de ses habitants. Ce dernier morceau est condamné à errer dans l’univers et l’espace temps pour l’éternité.

Surnommé le Metal Hurlant, il change la vie et le destin de chaque être vivant (humain ou non) qui croisera son chemin en lui apportant souffrance, fatalité et tromperie.

Chonique 1 – King’s Crown:

Des soldats se battent jusqu’au dernier pour succéder au roi mourant. Parmi les robots et les machinations, le soldat vainqueur n’est pas au bout de ses surprises.

Chonique 2 – Shelter Me:

Jennifer, une jeune femme se réveille dans un abri anti-atomique avec un de ses voisins de palier. Alors qu’il lui annonce qu’une bombe atomique a décimé toute la population, elle se rend compte qu’il n’est pas tout à fait franc avec elle.

Chonique 3 – Red Light / Cold Hard Facts:

Première partie: Enfermé dans une cellule suite au contrôle de la terre par des envahisseurs, un prisonnier va tenter le tout pour le tout pour s’échapper et retrouver la lumière du jour.

Deuxième partie: En 2312, la Terre est peuplée de 37 milliards d’habitants, un jour, des scientifiques découvrent un corps cryogénisé datant du XXème siècle. Mais y aura t-il de la place pour lui?

Chonique 4 – Three on a Match:

Suite à la destruction d’un vaisseau spatial par une météorite, 3 astronautes se réfugient dans un vaisseau de secours pour rejoindre la station spatiale la plus proche, mais pourront-ils avoir suffisamment d’oxygène pour 3?

Chonique 5 – Master of Destiny:

Les Tortues Sapiens font partie d’une légende qui dit qu’ils auraient le pouvoir de prédire le destin des hommes et des femmes en leur donnant le jour et l’heure de leur mort. Deux bandits vont se retrouver sur cette planète et prendre la décision de changer leur destin.

Chonique 6 – Pledge of Anya:

Les anciens, protecteurs des êtres humains vivant sur une autre planète et à une autre époque, ont reçu une alerte venant de la planète Terre. Un démon s’est échapper et ils doivent envoyer un de leurs meilleurs hommes pour l’anéantir.

La bande annonce:

Chronique n°1

Chronique n°3

Mon avis:

C’était avec une très grande impatience que j’attendais “Metal Hurlant Chronicles”. Mis à part la difficulté de mettre à l’écran quelques scènes des BDs, les 6 chroniques que comprend la saison 1 ont été au niveau de la réputation des magazines “Metal Hurlant”.

Il est vrai que les 3 premières chroniques sont totalement différentes des 3 dernières. On a commencé avec un très bon récit, dans ce château où les chevaliers s’affrontent pour régner, et lorsqu’on voit le début de la 4ème chronique on est en droit de se poser quelques questions.

Rassurez-vous, les épisodes finissent pour la majorité en beauté. Le concept sera peut-être difficile à cerner pour certains spectateurs (c’est d’ailleurs en partie la raison pour laquelle la série est diffusée à partir de 23h), mais le concept de base repose sur le retournement de situation.

En faisant référence à la première chronique “Vous pensiez accéder au trône et au pouvoir? Ok mais on ne prendra que votre corps et pas votre esprit”, pour ne pas trop en dévoiler, on se retrouve avec des choix qui ne sont pas proposés aux personnages, ils leurs sont imposés. Pensant bien faire, quelques uns feront les plus grosses erreurs de leur vie.

Qu’ils soient bons ou mauvais, chaque personnage va subir une modification de son destin des plus malsaines, immorales ou fatales. A la fin de chaque épisode je me suis sentie idiote et dans ces moments là la seule chose que je trouvais à dire c’est “Ah ouai quand même, ils ont osé” Je ne me suis pas attendue à la moitié des choses que j’ai vu.

Il est vrai que quand on comprend le concept on se doute de ce qu’il peut se passer, notamment pour la dernière chronique où les protecteurs des êtres humains n’ont pas su gérer une de leurs tâches.

En ce qui concerne le casting on a du beau monde. En ne sachant pas par qui commencer, j’annonce alors Dominique Pinon, merveilleux dans “Dikkenek” ou dans “Amelie Poulain”, il assure ici l’intrigue du 3ème épisode. On retrouve aussi la sexy Kelly Brooke (Absolon), ou l’immense Rutger Hauer (Blade Runner, Buffy, Sin City) parmi d’autre acteurs un peu moins connu ou totalement inattendus, Gregory Basso (Greg le millionnaire), Michael Jai White (Tyson, Hors Limite), Michelle Ryan (Bionic Woman), James Marsters (Buffy, Angel) ou même Frank Delay, ancien des 2 Be 3 en soldat/esclave se faisant maltraité par sa capitaine.

En bref, une série d’anthologie et de genre qui frôle la perfection, un Guillaume Lubrano qui s’est lancé un sacré pari mais qui le gagne haut la main. Une bonne série de science fiction française qui a de l’ambition. On remarquera le clin d’oeil à Walt Disney dans l’épisode 3, ainsi que le lien bref mais visible de l’épisode 4 avec l’épisode 5.

L’épisode 2 tourné en huit-clos reste simple, mais l’angoisse est pesante et l’atmosphère est dérangeante. On sent la relation malsaine se mettre en place petit à petit. La claustrophobie rend parfois fou et on nous en montre ici un bel exemple.

Les 6 à 8 pages des BDs sont difficile à mettre à l’écran pendant 26min, on se rend compte alors que parfois, les échanges, les plans ou les actions ne sont pas tout à fait au mieux, mais on passera volontiers outre.

La deuxième saison aura peut-être trouvé le moyen de nous faire passer ces moments de blancs d’une meilleure manière.

En attendant, je conseille fortement ces chroniques à tout amateur du genre et de la science fiction.

dominique-pinon-metal-hurlant-chronicles-essentiel-series

Dominique Pinon – Episode 4

Partager.

A propos de l'auteur

Laissez une réponse