Les Sauvages – Saison 1

0

La fiche technique:

Créateurs: Mike Scully, Julie Thacker
Réalisateurs: Mel Gibson, Julie Thacker
Production:  Nothing Can Go Wrong Productions, NBC Universal Television et Icon Productions
Acteurs: Keith Carradine (Nick Savage), Erik von Detten (Chris Savage), Shaun Sipos (Jack Savage), Andrew Eiden (Sam Savage), Evan Ellingson (Kyle Savage), Jason Dolley (T. J. Savage), Vincent Ventresca (Jimmy Savage), Autumn Reeser (Angela Anderson)
Chaîne de diffusion: ABC
Genre: Comédie
Saisons: 1 saison (arrêtée) 19 épisodes
Diffusion: Sur MCM en 2005

Les Sauvages Saison 1- Le pitch:

Nick Savage, pompier, est père célibataire de 5 enfants; Jack, playboy de la famille, rockeur et tombeur de ses dames, Chris, sportif et coureur de jupon au manque total de culture générale, Sam, intelligent et timide, se fait traiter de lavette par ses frères et pour finir en beauté, T.J. le pyroman et Kyle le petit dernier de la famille, adorable mais tellement influençable.

Toute cette famille essaye tant bien que mal de se faire remarquer, chacun à sa façon. Nick va devoir gérer sa petite famille sans s’arracher les cheveux. Contre son grès, il va aussi devoir surveiller son jeune frère Jimmy, pompier lui aussi, adulte mais qui, parfois, ne relève pas le niveau de ses neveux.

Extraits:

Mon avis:

Les Sauvages est une série humoristique réalisée par Mel Gibson qui met à l’écran une famille américaine moyenne mono-parentale. Cette série a été arrêtée au bout de 19 épisodes et cette unique saison nous embarque dans des délires plus fous les uns que les autres. Cette famille est complètement décalée, complètement “sauvage”. Entre un père essayant d’inculquer les bonnes manières à ses enfants et 5 garçons en pleine adolescence qui n’en font qu’à leurs têtes.

On ne cesse de rire tout au long des épisodes. Après plus de 10 ans, cette petite création reste plaisante à souhait et déclenche des fous rire à n’en plus finir.

Julie Thacker (Les Simpsons), Mike Scully (Les Simpsons, Tout le monde aime Raymond) et la chaîne ABC nous mettent à l’écran, ici, une version réelle des Simpsons. Imaginez ce que les Simpsons pourraient être sans Marge ni Lisa… Le chaos total. Cette série n’a pas remporté un franc succès aux Etats-Unis, même si elle a été un peu plus aimée en France, on ne peut pas dire qu’une deuxième saison aurait changé les choses. Après les 19 épisodes, qui ne durent que 20 minutes chacun, on ne saurait quoi inventer de plus sans faire de répétitions. Parfois, il vaut mieux arrêter avant de tout gâcher.

La majorité des histoires se déroule dans le salon et la cuisine de la famille, et jamais je n’aurais imaginé qu’il y avait tant de choses que l’on pouvait faire pour énerver ses parents dans si peu de pièces. Des exemples ? Des feux d’artifices sous les pieds du canapé pour essayer de le faire décoller, un trou dans le plancher pour découvrir la porte des enfers et petit détail, si vous trouvez un bol dans votre réfrigérateur qui ressemble à du chili con carne, prenez garde, cela peut être un projet de science sur la vie des larves.
On pourrait aussi comparer cette série à Notre Belle Famille; les familles nombreuses sont tellement pleines de surprises.

Keith Carradine (Fargo – The Big Bang Theory – Dexter) incarne le rôle du père à merveille. Les scénaristes s’en donnent à coeur joie pour lui mener la vie dure, mais à chaque fois, il nous montre avec brio son talent d’acteur. Il mène sa famille à la baguette, ce rôle était fait pour lui.

Malheureusement je trouve que Vincent Ventresca (Invisible man – Nikita – Mentalist) dans le rôle du frère immature n’arrive pas à se tourner assez en dérision pour faire rire le téléspectateur.

Quant aux fils, on reconnaîtra bien sûr, Shaun Sipos (Life Unexpected – Vampire Diaries) qui assure son rôle de playboy avec talent, et Evan Elligston (24h Chrono, Les Experts) qui accumule les enfantillages à merveille.

les-sauvages-saison-1-essentiel-series-1

Julie Thacker et Mike Scully ont élaboré, ici, le plan parfait de la destruction de l’éducation parentale, que même le prozac et autres calmants ne pourraient soigner.

Au beau milieu de toutes ces folies, une voisine en paiera le prix. Mme Riley (Betty White; Boston Justice, Hot in Cleveland) qui va se démener à corps et à sang pour faire entendre un minimum d’autorité pour le bien être du voisinage.

Parmi les acteurs récurrents ont pourra apercevoir  Kaley Cuoco, Kate Walsh ou encore Autumn Reeser.

En bref, rythmée et hilarante, Les Sauvages se moque gentiment de tout, sans pour autant tomber dans la vulgarité et dans le manque de respect d’autrui. Loin d’être moraliste, elle parvient subtilement à mettre en valeur les vertus de la famille et de la difficulté à élever 5 enfants seul et non sans preuves d’autorité. On appréciera les apparitions de Mel Gilbson en policier, l’agent Cox, qui présente des cassettes vidéos de prévention absurdes mais tordantes. Ce Mel Gibson que l’on a pu connaître dans L’Arme Fatale, nous présente une série qui ne vieillit pas, et à laquelle tout parent, ancien adolescent ou nouveau collégien pourraient s’identifier.

A voir et à revoir sans modération!!

les-sauvages-saison-1-essentiel-series-2

Source Image : Toutlecine / IMDBarts.forumculture

Partager.

A propos de l'auteur

Laissez une réponse