“Happy Endings” – Saisons 1 à 3 – Amis pour la vie… ou pas !

0

La fiche technique:

Année: 2011
Créateurs:
 David Caspe
Producteurs: David Caspe, Jonathan Groff, Josh Bycel
Production: FanFare Productions – Shark vs. Bear Productions – ABC Studios – Sony Pictures Television
Acteurs: Elisha Cuthbert (Alex Kerkovich), Eliza Coupe (Jane Kerkovich-Williams), Zachary Knighton (Dave Rose), Adam Pally (Max Blum), Damon Wayans Jr. (Brad Williams), Casey Wilson (Penny Hartz), Mark-Paul Gosselaar (Chase), Megan Mullally (Dana Hartz), Damon Wayans (Francis Williams)
Chaîne de diffusion: ABC
Genre: Sitcom – Comédie
Saisons: 6 (série arrêtée) – 57 Episodes
Diffusion en France: Inédit

“Happy Endings” Saison 1- Le pitch:

Jane, Alex, Penny, Brad, Dave et Max sont 6 amis de très longue date, qui vivent à New-York et partagent toutes les joies et les peines de chacun d’entre eux.

Jane est maniaque et castratrice, Brad est noir et manque de confiance en lui, Max est gay et extraverti, Alex est idiote et naïve, Penny est seule et limite boulimique et Dave est impulsif et maladroit.

Alex est sur le point d’épouser Dave après 9 ans de bonheur partagé. Juste avant de dire, “oui, je le veux”, un homme en roller débarque dans l’église, suppliant Alex de ne pas se marier. La belle n’hésite pas un seul instant et laisse son petit-ami seul, dans l’embarras devant l’autel, leur famille et leurs amis.

Quel impact cette décision va avoir sur cette bande d’amis de longue date et les relations qu’ils entretenaient?

 

La bande annonce:

Mon avis:

Depuis maintenant 3 ans, ABC diffuse la comédie “Happy Endings”, certains l’appelle “Friends 2.0” et d’autres “un énième nouveau Friends”, quoi qu’on en dise, cette série a su, après la décevante première saison, se mettre au top-niveau de la comédie américaine. Pourquoi un tel succès?

Le casting dans tout ça ?

Au centre de la série on retrouve Elisha Cuthbert dans le rôle d’Alex. Elisha qu’on a pu voir dans “24h Chrono”, ou encore dans “Girl Next Door”, qui nous offre une prestation assez mitigée. Son rôle de bêta naïve et incomprise par ses amies n’est hilarant que lorsqu’elle s’implique complètement. Par contre elle est souvent à côté de la plaque et ne se cache pas pour mettre à jour ses théories les plus farfelues et c’est pour ça qu’on aime la garder quand même. La série ne lui fait pas de cadeau mais pour notre plus grand bonheur, elle s’en sort toujours comme elle peut.

happy-endings-critique-saison-1-2-3-essentiel-series6

Alex – Dave

Son partenaire Dave est interprété par Zachary Knighton, que l’on a aperçu dans “FlashForward”, série malheureusement annulée après la première saison. Dave n’est pas mon préféré, son personnage a tendance à devenir répétitif et sans grande répartie comique. Il se laisse souvent mettre au second plan par ses camarades, dommage, étant l’une des raisons de l’existence de ce show, il n’a pas suffisamment de crédit.

La sœur d’Alex, Jane est une maniaco-psycho-obsessive-compulsive qui aime contrôler et être la meilleure… en tout ! C’est la magnifique Eliza Coupe qui endosse ce rôle de castratrice maritale. A l’affiche de « S.C.R.U.B.S. » pendant 2 saisons, elle n’a pas trop de séries ou rôles à son actif et je trouve ça injuste car son jeu d’acteur est éblouissant.

Son mari c’est Brad, la minorité ethnique du groupe. Personne de plus compétent que Damon Wayans Jr pour nous faire éclater de rire. La famille des célèbres Wayans (Damon, Marlon, Shawn, Keenen et Kim, tous acteurs) peut être fière de lui, la relève comique est assurée ! Damon Jr a fait quelques apparences dans “Ma Famille d’abord” aux côtés de son père, Damon Wayans, que l’on retrouvera ici, le temps d’un épisode. Mais il avait été choisi pour incarner le rôle de Coach dans “New Girl”, qui a été remplacé par le rôle de Winston avec Lamorne Morris. (A l’époque “Happy Endings” était proche de l’annulation, voilà pourquoi.)

Reste enfin nos deux derniers compatriotes et non des moindres, Penny et Max. Max c’est le cliché gay de la bande, extravertie et sans gêne, Adam Pally donne tout ce qu’il a dans ce rôle et tant mieux. Max est un brin égoïste, toujours présent quand il faut se moquer des autres et n’en loupe pas une pour se détacher du groupe quand son propre intérêt est en jeu. Pas grand-chose côté télé pour Adam Pally cependant.

Penny, quant à elle, représente le célibat, la dépression du célibat et les inconvénients du célibat. Ici c’est Casey Wilson qui prend le rôle de la nunuche aux quelques kilos superflus qui essaye tant bien que mal de remettre sa vie amoureuse sur pied, sans grande conviction. Casey que l’on va voir arriver au casting de “How I Met Your Mother” pour la fin de la saison 8 n’a pour le moment pas beaucoup de télé à son actif mais a pu être au casting de “Kiss & Kill”, “Julie et Julia” et “Meilleures Ennemies”.

happy-endings-critique-saison-1-2-3-essentiel-series3

Brad et Jane Williams

L’accueil de la première saison

On se souvient tous comment la série “Friends” a commencé. Rachel quitte Barry devant l’autel et part rejoindre Monica et ses amis pour 10 saisons. Ici, c’est Alex qui quitte Dave, mais pas pour très longtemps, puisque c’est sur “l’après séparation” que se focalise la série.

On peut déjà dire que l’ouverture sent le réchauffé, mais la suite de la série va se concentrer sur le retour d’Alex dans la vie de Dave et de leur groupe et sur les effets que cela implique. Qui prend parti pour qui ? Qui va au resto avec qui et quand ? Peuvent-ils vraiment être à la même soirée en même temps ? Peuvent-ils vraiment être encore amis?

Les audiences ne sont pas très bonnes, il faut dire que les blagues et les comiques de situations ne sont pas ce que l’on aura vu de mieux à la télé. Certains épisodes valent le coup mais le bilan de la saison est sans appel. “Happy Endings” ne convient pas aux téléspectateurs. Il faut alors redoubler de créativité pour mieux faire.

La sitcom est archi-présente à la télévision, sans compter les bides, on a pu voir ou on voit encore “Mad Love”, “How I Met Your Mother”, “Perfect Couples”, “Friends With Benefits”, “New girl”, “Raising Hope”, “Work It !” “2 Broke Girls”, “Whitney” et j’en passe. Mais cette fois-ci, il fallait se démarquer.

Mais comment sauver “Happy Endings” de la chute dans les abîmes profonds de l’oubli ?

happy-endings-critique-saison-1-2-3-essentiel-series4

Penny

Décollage immédiat pour l’humour

Et pourtant ! Il aura suffi d’un tout petit effort pour que le show se fasse remarquer et emporte dans son aventure de bonnes audiences et des téléspectateurs fidèles. Certes, pour la chaîne ce n’est pas extraordinaire, mais suffisant pour laisser une place à la série.

On voit donc débarquer une deuxième saison avec cette fois-ci, non pas 13 (nombres d’épisodes de la première saison), mais 21 épisodes. Les acteurs sont beaucoup plus confiants et font évoluer les caractères de leurs personnages, tout comme la créativité et l’humour du show. Un rebondissement inattendu pour ceux qui voyaient cette série perdue. On se retrouve donc avec de nouveaux gags hilarants, des comiques de situations crédibles et des situations amoureuses comiques.

Après avoir passé une saison à mettre la place la relation de nos amis suite à la séparation de Dave et d’Alex, cette fois-ci on assiste à la remise en selle des deux protagonistes du show dans le monde des rencontres et de l’amour et ce n’est pas sans compter pelles et râteaux. D’un autre côté le couple Jane/Brad est-il vraiment fait pour durer ? Penny restera-t-elle longtemps seule ? et Max, restera-t-il Max ?

La série se verra étendue d’une troisième saison qui a pris fin en 2013. La série n’a pas été renouvelée pour une quatrième saison, même si USA Network était prête à la racheter à ABC.

En bref

Une première saison qui bat de l’aile, une deuxième saison qui relève le niveau et une troisième saison qui mérite d’être applaudie !

“Happy Endings” aura mal commencé mais ce n’était que pour mieux se développer. Des gags hilarants, des situations complètement absurdes, des acteurs plus compétents les uns que les autres et des jeux de mots que l’on aurait aimé avoir inventé.

Terminons sur la comparaison de ce show avec “Friends”. On peut dire que les deux séries sont des comédies mais les chemins pris par les personnages de “Happy Endings” sont bien loin de ceux de “Friends”. On pourrait plus comparer cette série avec “How I Met Your Mother”, notamment pour le comique et les jeux de mots utilisés qui sont beaucoup potaches que ceux de “Friends” à l’époque.

Si je vous ai convaincu à regarder cette série ne vous arrêtez pas sur l’impression de la première saison. De plus le format “20 minutes” des épisodes vous permettra d’enchaîner plus rapidement sur les saisons qui suivent.

 

happy-endings-critique-saison-1-2-3-essentiel-series5

Dave – Brad – Penny – Max

Partager.

A propos de l'auteur

Laissez une réponse