« Grimm » – Saison 1

4

La fiche technique:

Créateurs: David Greenwalt et Jim Kouf
Producteurs: Norberto Barba, Jim Kouf, David Greenwalt et Sean Hayes
Production: Universal Television
Acteurs: David Giuntoli (Nick Burkhardt), Russell Hornsby (Hank Griffin), Bitsie Tulloch (Juliette Silverton), Silas Weir Mitchell (Eddy Monroe), Sasha Roiz (Capitaine Renard), Reggie Lee (Sergent Wu), Claire Coffee (Adalind Schade)
Chaîne de diffusion: NBC
Genre: Fantastique – Policier
Saisons: 2 (en production) – 30 Episodes
Site officiel: Grimm

« Grimm » Saison 1- Le pitch:

A Portland, Nick Bukhardt est un policier tout ce qu’il y a d’ordinaire, jusqu’au jour où il découvre des facettes des gens que lui seul peut voir.

Nick est ce qu’on appelle un Grimm, il est chargé de maintenir l’équilibre entre l’humanité et les sinistres personnages de contes de fées, appelé des Wesen. Avant de mourir, sa tante, va lui faire comprendre qu’il est maintenant en grand danger.

Oubliez Blanche neige et les sept nains, ces personnages tout droit sortis de nos livres sont mi-animaux/mi humains, et pour 80% d’entre eux, le crime atroce est un loisir, dont les cibles parfaites sont les Grimm. Ici le petit chaperon rouge se fait dépecer par le loup et les trois petits cochons aussi.

Il ne peut cependant en parler à personne sans passer pour un fou, même pas à sa femme ou à son coéquipier Hank, seuls les Grimm ont le pouvoir de voir les êtres surnaturels. Mais il va pouvoir compter sur Monroe, un loup-garou végétarien (qui ne mange pas d’homme), avec qui il va devoir résoudre des crimes les plus atroces.

Il faut à tout prix réussir à établir une paix entre les Wesen, pour ne pas que les humains en deviennent les prochaines victimes.

Grimm-Season-1-essentiel-series

Une Hexenbiest (En allemand Hexen pour « witch » et biest pour « beast). Toutes les créatures ont des noms de base allemande. (Pays natal des frères Grimm)

La bande annonce:

Mon avis:

Très bon thriller fantastique, « Grimm » sait jouer avec notre angoisse et nos contes de fées d’enfants pour nous livrer des épisodes plus trépidants les uns que les autres. Soit on sursaute, soit on s’étonne, mais dans tous les cas, on est emporté par ces « nouveaux » contes à la sauce horreur.

Ce n’est pas extrêmement angoissant ou morbide, il y a juste la dose qu’il faut pour rendre le tout crédible. Le petit chaperon rouge, les trois petits cochon, l’attrapeur de rats de Hamelin, et d’autres sont tout simplement adaptés à notre époque.

grimm-saison-1-essentiel-series

Bauerschwein (Un des cochons des « Trois Petits Cochons ») Grande proie des Blutbaden (loups garous)

Avec parfois quelques difficultés à maintenir un rythme dans les enquêtes et dans le fil rouge, la série a quand même su développer des liens entre chaque personnage et pour le bien de la saison, ces liens évoluent. Même si le début a abordé délicatement l’entourage de Nick, la fin de saison est beaucoup plus précise; sur ses collègues, sur la relation avec sa femme, avec ses parents…

Et ce dernier point va s’éclaircir en fin de saison 1 et début de saison 2, l’accident de voiture des parents de Nick n’est peut-être pas si anodin. David Giuntoli prend de plus en plus d’assurance tout au long des épisodes, et grand bien lui fasse, on le préférera à la fin de la saison qu’au début.

En bref, « Grimm » nous emporte dans un univers noir et pas forcément féerique, qui se laisse apprécier pour son côté créatif et imaginatif. Des personnages mythologiques sortis tout droit de notre enfance, qui n’auraient pas eu le même impact racontés comme tels. De l’action et de bons rebondissements pour un show mené par Nick et Monroe à base d’humour et de connections.

grimm-saison-1-essentiel-series

David Giuntoli (Nick Burkhardt) – Silas Weir Mitchell (Eddy Monroe)

Partager.

A propos de l'auteur