“Go On” – Saison 1 Episode 1

4

La fiche technique:

Créateurs: Scott Silveri
Producteurs: Scott Silveri, Todd Holland et Karey Burke
Production: Universal Television
Acteurs: Matthew Perry (Ryan King), John Cho (Steven), Laura Benanti (Lauren Schneider), Julie White (Anne), Suzy Nakamura (Yolanda), Allison Miller (Carrie), Tyler James Williams (Owen), Brett Gelman (Mr K)
Chaîne de diffusion: NBC
Genre: Comédie -Sitcom
Saisons: 1 (en production) – 13 Episodes
Site officiel: Go on

“Go On” – Le pitch:

Après le décès de sa femme, le commentateur sportif Ryan King a du mal à surmonter sa peine. Son travail et son attitude s’en ressentent. Même après des vacances, ses proches ne le sentent pas tout à fait capable d’aller de l’avant et de reprendre le travail tout de suite.

De nature irrévérencieuse, son comportement avec ses collègues, patron et employés exaspère.  Pour l’aider dans son drame, son patron décide de l’envoyer en thérapie de groupe, pensant que cela lui fera le plus grand bien.

Habitué à travailler en solo, va t-il réussir à s’ouvrir à des inconnus? et a faire le deuil de sa femme. En tout cas, dans cette thérapie il n’est pas le seul à avoir du mal à exprimer ses émotions, et il va, malgré lui, être d’une grande aide pour ses personnes.

go-on-saison-1-essentiel-series

Matthew Perry

La bande annonce: 

Mon avis: 

Matthew Perry s’était déjà essayé en come-back dans “Mr. Sunshine”, les critiques n’avaient pas été très accueillantes. Et dans “Go On”, il reprend le même type de personnage, aigri, solitaire et antipathique. Va t-il réussir à convaincre au deuxième essai?

Il est vrai que l’humour sarcastique de Matthew Perry est son point fort, mais il ne faut pas oublier qu’à trop en faire on passe vite à la trappe. Dans “Go On”, il est drôle et sait se moquer de lui, quand Ryan King parle de la thérapie et de sentiments avec son assistante il lui demande “Do you know what I need?” et elle répond “Feelings?”. Le genre de phrase qui fait sourire et qui met directement en place les relations que Ryan King entretient avec ses collègues, mais surtout, comment ses collègues le voient.

Après, quand on passe au scénario, je ne pense pas qu’il soit vraiment trop recherché. Les phrases courtes, l’humour noir, les quiproquos… ça fonctionnent. Pour une sitcom mais pas forcément sur la durée. La scène de fin de l’épisode montre bien que la série ne sera jamais bien sérieuse et que l’on doit s’attendre à arriver au pays des bisounous à chaque épisode, là où tout est possible, et où on ne se posera jamais de question si on dépasse les limites de la crédibilité.

Sachant mon attachement pour Matthew Perry, pour la personne qu’il est et les personnages qu’il interprète, je continuerais à regarder cette série, mais je ne m’attends pas à en voir une deuxième saison, ou une saison complète. A moins qu’il n’y ai des efforts de fait sur les développements des scènes. “Go On” se concentre autour de Matthew Perry, les acteurs s’adaptent et gravitent autour de lui, peut-être aurait-il fallu faire quelque chose de plus neutre, et éviter de faire “Matthew Perry’s Show”. “Friends” a eu du succès mais il faut apprendre à se renouveler.

En ce qui concerne les autres personnages, on retrouve Julie White (la fameuse Judy Witwicky de “Transformers”), les autres ne font majoritairement que des brefs passages dans des séries. Mais je pense que celui qui va nous marquer le plus sera Brett Gelman (“Bored To Death”), qui a l’air d’avoir manqué pas mal de marche un jour dans un escalier. Son attitude n’inspire pas confiance et malheureusement pour Ryan King, ce Mr K à l’air de bien l’apprécier.

En bref, la forme est là, mais le fond est à travailler. “Go On” a attiré plus de 16 millions de téléspectateurs sur NBC. Oui, mais un soir de Jeux Olympiques. Qu’en sera t-il lors de la sortie officielle de la série? Plus d’informations à partir du 11 septembre prochain. Et pour ceux qui attendaient un retour de ses camarades de “Friends” dans des épisodes seront déçus, aucun n’est prévu pour la première saison.

go-on-matthew-perry-essentiel-series

Metthew Perry – Brett Gelman

Partager.

A propos de l'auteur