“Elementary” – Saison 1

3

La fiche technique:

Créateurs: Robert Doherty basée sur l’oeuvre de Sir Arthur Conan Doyle
Producteurs: Robert Doherty, Sarah Timberman, Alysse Bezahler
Production: CBS Television Studios, Timberman/Beverly Productions, Hill of Beans Productions
Acteurs: Jonny Lee Miller (Sherlock Holmes), Lucy Liu (Dr Joan Watson), Jon Michael Hill (Inspecteur Marcus Bell), Aidan Quinn (Capitaine Tobias Gregson), Natalie Dormer (Irène Adler/Moriarty), Vinnie Jones (Sebastien Moran alias ‘M’)
Chaîne de diffusion: CBS
Genre: Action – Policier
Saisons: 2 (série en production) – 38 Episodes
Site Officiel: Elementary
Diffusion en France: M6 – A partir du 3 janvier 2014

“Elementary” Saison 1- Le pitch:

Sherlock Holmes quitte Scotland Yard, à Londres, pour Manhattan suite à une cure de désintoxication. Son père lui envoie le docteur Joan Watson, un ancien chirurgien reconverti en compagnon de sobriété, pour veiller sur lui mais surtout, pour être certain qu’il ne s’embarque pas de nouveau dans ses problèmes de drogues.

Ce qu’ignorait le Dr Watson c’est que Holmes s’avère être un brillant détective et qu’à eux deux, ils vont former un duo prêt à résoudre n’importe quel crime de la ville. D’un côté on retrouve les compétences de déduction et d’enquête de Holmes et de l’autre, les compétences médicales de Watson.

La police New-Yorkaise va faire appel à eux pour résoudre des enquêtes atypiques comme pratiquement impossible à démêler.

La bande annonce:

Mon avis:

Qu’est-ce qui fait l’originalité de “Elementary”?

On a pu voir de très nombreuses adaptations du roman de Conan Doyle, dont une des plus regardée est “Sherlock”, la série britannique avec Benedict Cumberbatch et Martin Freeman. “Elementary” se distingue de toutes les autres par quelques points bien visibles. Tout d’abord le Dr Watson est une femme, interprétée par Lucy Liu, la série se déroule à New York et de plus, à notre époque (comme pour “Sherlock”).

Si vous n’êtes pas passionnés par les décors et évènements du 19è siècle, vous le serez un peu plus par ceux de “Elementary”. Une petite mise à jour qui ne fait pas de mal aux personnages et aux enquêtes.

Par contre, il faut oublier les clins d’œil au roman d’origine. Aucune des enquêtes ne vient de l’imagination de Doyle. Ce qui vient s’ajouter au fait que Holmes est désormais une Joan et non un John. Si on fait le décompte, il ne reste que Sherlock Holmes pour rattacher la série à l’œuvre originale. Lorsque la série est sortie sur les écrans américains, certaines personnes n’y ont vu qu’une utilisation du nom Sherlock Holmes pour vendre une nouvelle série.

En ce qui me concerne, je ne suis pas très familière avec les enquêtes des romans de Doyle, donc je n’ai pas trouvé ça tellement gênant.

On retrouve Jonny Lee Miller (Dexter – Eli Stone) dans la peau de Holmes, un ancien de Scotland Yard torturé par un passé de toxicomane, renfermé et asocial. Il ne faut pas lui demander de faire la causette au petit déjeuner ni de lui demander comment il va. Son personnage est doté d’une très grande intelligence et d’un sens logique hors norme. De ce côté-là, inutile de lui demander comment il en arrive à ses conclusions, cela lui semble tout à fait logique. Son personnage très atypique m’a bien plu et c’est ce qui, pour moi, me donne envie de regarder cette série.

A ses côtés c’est Lucy Liu (Charlie’s Angel – Kill Bill) qui incarne le Dr Watson, attention, il s’agit ici de Joan et non John. Ancienne chirurgienne, elle va devenir le compagnon de sobriété de Holmes, le suivre toute la journée, vivre chez lui et donc l’aider dans ses enquêtes. Elle apporte le côté médical qu’il manque aux compétences de Holmes. Elle n’est pas très expressive, mais si je regarde le John Watson, il sait rester discret et passe au second plan par rapport à Holmes, Lucy Liu sait donc rester discrète et apporter sa contribution avec pertinence.

Par moment on la verra perturbée par son passé, tout autant que Holmes. On ne connaît pas toute sa vie dès les premières minutes et on pourra prendre plaisir à découvrir sa vie avant Holmes, car après, tout va changer. On retrouvera d’ailleurs quelques éléments gênants sur son passé qui n’a absolument rien à voir avec le vrai passé de Watson. Peut-être aurait-il fallu garder quelques similitudes entre les versions.

Sinon, les enquêtes sont très originales, tout comme les dénouements. Chaque épisode apporte une nouvelle énigme policière. Tout au long de la saison, la relation Holmes/Watson va se construire. Au départ on sent que Holmes a du mal avec l’arrivée de Watson, mais ils vont apprendre à travailler ensemble pour ne rendre leur duo que plus pertinent et surtout inséparable et imbattable contre le crime.

Est-ce qu’on regarde “Elementary”?

En ce qui me concerne je n’ai pas spécialement accroché à la série. Les enquêtes sont cependant vraiment intéressantes. Et les réflexions de Holmes sur les scènes de crime sont intrigantes, à voir au moins pour ça. Ensuite, plongez-vous dans “Elementary” comme dans une série policière du XXIe siècle, pour ne pas avoir trop d’attentes en référence avec l’œuvre classique.

En connaissance du final de la saison 1 et de la tournure des évènements je compte bien m’y remettre et essayer d’avoir un jugement personnel un peu moins négatif. Donc si comme moi, vous n’arrivez pas à passer les 4 ou 5 épisodes, dites-vous que tout va en s’améliorant !

elementary-critique-saison-1-essentiel-series

Jonny Lee Miller (Holmes) – Lucy Liu (Watson)

Partager.

A propos de l'auteur

3 commentaires

  1. Ping de retour "Elementary", le nouveau Sherlock Holmes arrive sur M6 | Essentiel-Series

  2. Ping de retour "Elementary" en tête des audiences sur M6 pour son lancement | Essentiel-Series

  3. Ping de retour Les séries renouvelées et annulées 2013/2014 - Mise à jour du 11 décembre 2013 | Essentiel-Series

Laissez une réponse