“Clair de Lune” (Moonlighting) – Saison 1 à 5

0

La fiche technique:

Année: 1985
Créateurs:
 Glenn Gordon Caron
Producteurs: Dennis Dugan
Production: ABC Circle Films/Picturemaker Productions
Acteurs: Cybill Shepherd (Maddie Hayes), Bruce Willis (David Addison Jr.), Allyce Beasley (Agnès DiPesto), Curtis Armstrong (Herbert Viola)
Chaîne de diffusion: TNT
Genre: Romance – Policier
Saisons: 5 (série arrêtée) – 66 Episodes
Diffusion en France: En 1987 sur M6 et pour la première fois en multilingue sur Paris Première en 2006

“Clair de Lune” Saison 1- Le pitch:

Maddie Hayes est une star multimillionnaire. Rendue célèbre en vantant les mérites d’un shampooing du nom de “clair de lune”, cette jeune femme a tout pour être heureuse. Jusqu’au jour où, son comptable disparaît, emportant toute la fortune de la belle avec lui.

 

Elle essaye, en vain, de vendre les parts des sociétés dans lesquelles elle a investi et découvre, avec grande surprise, qu’elle est l’unique propriétaire d’une agence de détectives privés. La surprise est encore plus grande quand elle rencontre son directeur, David Addison, belle gueule à première vue antipathique, qui va entrer dans sa vie sans qu’elle puisse faire quoi que ce soit. Mais tout ça pour essayer de la persuader de ne pas fermer cette agence.

 

Au fur et à mesure, Maddie s’improvise détective privé en compagnie de David et vont avoir à résoudre des enquêtes plus farfelues les unes que les autres.

La bande annonce:

Mon avis:

Avant de vous lancer dans cet avis, il faut vous mettre à l’esprit que je ne jure que par Bruce Willis et que j’en suis une fan inconditionnelle. J’ai cependant essayé d’être la plus objective possible et de ne pas vous donner que les bons côtés de le voir à l’écran…

“Clair de Lune” met en scène un mannequin renommé aux côtés d’un détective privé agaçant à la grande gueule. Et c’est sans aucune surprise que la gente féminine est défendue avec succès par Cybill Shepherd face à l’égo surdimensionné de son acolyte, Bruce Willis. Cette série a reçu 7 récompenses (Golden globe de la meilleure actrice pour Cybill Shepherd et Emmy Award du meilleur acteur pour Bruce Willis entre autres) parmi de nombreuses nominations.

moonlighting-saison-1-recompenses-critique-essentiel-series

Cybill Shepherd et Bruce Willis et leurs Golden Globes

Dans cette série, où les acteurs s’adressent parfois directement au spectateur, l’humour décalé a fait un carton en mélangeant querelles d’amoureux et enquêtes policière.

“Clair de Lune” est une série policière romantique crée par Glenn Gordon Caron (Medium – Fame) en 1985 et réalisée par Dennis Dugan, spécialiste de la comédie à qui on doit “Big Daddy” et “Happy Gilmore”. La série enregistre des records d’audiences aux Etats-Unis à sa sortie puis en France en 1987.

Si Columbo devait avoir un successeur, Bruce Willis (“Die Hard” – “La Mort Vous va si Bien” – “6ème Sens” et j’en passe) remplirait ce rôle à merveille, avec son côté tordu qui nous fait (toutes) tant craquer.

Cette série atypique sortait de la mise en scène classique pour l’époque, et c’est ça qui la rendra culte au fil des années. Les acteurs interpellent les téléspectateurs via la caméra, des sorties de scènes visibles pour une relecture du script et sans oublier, les répliques cultes. Notamment quand Bruce Willis demande à Cybill Shepherd (“The L word” – “Cybill” – “The Client List”) ce qu’ils ont à faire, elle lui répond; “Je ne sais pas, je n’ai pas eu le temps de lire le scénario”.

Vous me direz, peu de personnes encore vivantes aujourd’hui connaîtront les répliques par coeur… Je suis une grande fan, pas au point de connaître toutes les répliques mais pour avoir eu le courage de regarder les 5 saisons deux fois plus de dix ans après leurs sorties. Si je peux le faire et que ça m’a bien fait rire, alors ça pourra encore plaire, même 20 ans après !

La surprise est encore plus grande quand on se rend compte que les scénaristes font totalement ce qu’ils veulent. Un épisode en noir et blanc? Envie de voir Bruce Willis déguisé en Elvis lors d’un passage en prison? Des courses de panières à linge? Ou encore de faire venir et faire chanter Ray Charles? Tout leur est permis. Et on peut se rendre compte du succès que ça génère quand on voit le nombre phénoménal de guests qui ont participé au show; The Temptations, Whoopi Goldberg, Mark Harmon (Oui oui, Mark Harmon de “NCIS”), Pierce Brosnan, Paul Sorvino ou encore Orson Welles, la liste est encore longue…

Les deux acteurs principaux ne se prennent pas au sérieux et tant mieux, la série a mal vieilli, forcément, comme toute série des années 80, mais avec cette façon de jouer singulière, elle perd de l’âge. Bruce et Cybill en viennent même à chantonner le générique sur un simple coup de tête, en pleine scène.

Par contre, si on examine bien l’histoire, on se rend compte que les intrigues sont prenantes, les cascades sont réalistes et la relation qu’entretiennent les deux héros nous implique dans des disputes et des scènes de ménage complètement loufoques. Lorsqu’ils avouent se détester on sait très bien qu’au fond ils sont faits l’un pour l’autre mais n’osent pas se l’avouer.

Si la chance a réussi à Bruce Willis, acteur à plus de 100 films à son actif, elle ne tournera pas du côté de Cybill Shepherd. Même si l’actrice se voit donner le rôle principal d’une série à son nom, sa carrière n’est pas flamboyante. Le jour où on la voit dans “The L word”, en doyenne de faculté lesbienne, on ne la reconnaît pas. Même en 2012, quand elle joue la mère de Jennifer Love Hewitt dans “The Client List”.

Par contre pour Bruce Willis, c’est carton plein, repéré pour son rôle, il enchaînera avec “Piège de cristal” et tous les succès qu’on lui connait aujourd’hui.

Même si les autres personnages ne feront que des brèves apparitions dans quelques séries, on ne peut pas parler de “Clair de lune” sans mentionner la prestation de la standardiste, timide, Agnès interprétée par Allyce Beasley (“Les Tommyknockers” – “La revanche d’une blonde” – “Bored To Death”) qui répond au téléphone en vers et en rime, incroyable performance, mais qui ne sera pas suffisante pour lui d’autres rôles que du second plan.

En bref, des dialogues de sourds, des fous rires et des scènes complètement incroyables, un Bruce Willis qui prend un malin plaisir à faire enrager sa coéquipière mais franchement ? On ne peut qu’en être fan !

Pour moi les cinq saisons valent le détour, même si Cybill Shepherd quitte la série lors de la 4eme saison, pour donner naissance à des jumeaux. Et même si Bruce Willis est toujours présent, sans sa partenaire, la série se focalisera sur la relation d’Agnès et du partenaire de David, Herbert Viola joué par Curtis Armstrong (“The Closer” – “Supernatural” – “New Girl”).

moonlighting-saison-1-critique-essentiel-series

Cybill Shepherd (Madeleine “Maddie” Hayes) – Bruce Willis (David Addison Jr)

 

moonlighting-mark-harmon-saison-1-critique-essentiel-series

Cybill Shepherd – Mark Harmon

 

Partager.

A propos de l'auteur

Laissez une réponse