“Breakout Kings” – Saison 1

0

La fiche technique:

Créateurs: Nick Santora, Matt Olmstead
Producteurs: Lauren Stein, Ed Milkovich, Daniel Dratch
Production:  Matt Olmstead Productions, Blackjack Films, Chernin Entertainment
Acteurs: Laz Alonso (Charlie Duchamp), Domenick Lombardozzi (Ray Zancanelli), Malcolm Goodwin (Sean “Shea” Daniels), Brock Johnson (Fitz Gunderson), Nicole Steinwedell (Philomena “Philly” Rothcliffer), Jimmi Simpson (Lloyd Lowery), Brooke Nevin (Julianne Simms), Serinda Swan (Erica Reed)
Chaîne de diffusion: A&E
Genre: Policier – Action
Saisons: 2 (anulée) – 23 Episodes
Diffusion: TF1 à partir du 6 mars

“Breakout Kings” Saison 1- Le pitch:

Charlie Duchamp et Ray Zancanelli, deux U.S. Marshall, ont mis en place une division spéciale, qui a pour but de retrouver des évadés de prison, des simples cambrioleurs aux grands serial killers.

Pour bien faire, ils ont embauché les meilleurs dans leurs spécialités; évasion, explosifs, combat, comportement et psychologie. Ces nouveaux U.S. Marshall ne sont autres que des prisonniers, se voyant offrir une remise de peine de 30 jours pour chaque affaire résolue.

Par contre, pour chacun d’entre eux qui fera un pas de travers et tentera de s’échapper, c’est retour à la case départ avec une peine doublée. Et pas uniquement pour l’heureux élu, mais pour tout le groupe.

Ce petit groupe est basé sur la confiance et l’envie de se sortir de l’enfer des prisons. Entre ceux qui veulent vraiment s’en sortir et ceux qui vont tenter de s’échapper, Ray et Charlie vont avoir du pain sur la planche pour récupérer les nouveaux fugitifs.

Notamment Theodore “T-Bag” Bagwell, qui se montrera plus que résistant à l’encontre de notre équipe de choc.

La bande annonce:

Mon avis:

C’est Matt Olmstead, scénariste et producteur de “Prison Break” qui est à l’origine de “Breakout Kings”, mais sans appeler ce projet un “Spin Off”, il s’est inspiré de son expérience avec les 4 saisons de “Prison Break” pour en avoir l’idée.

Et si on utilisait des condamnés pour retrouver des évadés? Cette idée n’était pas mauvaise du tout. Et pour sûr, les épisodes vont enchaîner des schémas narratifs tous bien différents, pour exploiter au maximum les capacités qu’offre le projet.

On se réjouira donc de retrouver le T-Bag (Robert Knepper) en chair et en os, qui s’échappera de nouveau de sa prison, mais on pourra aussi retrouver des acteurs comme Kevin Alejandro (True Blood), Zack Ward (NCIS, Lost), Mark Pellegrino (Dexter) et j’en passe.

Le pilote n’est pas une des plus grandes réussites de la saison 1. Il met en place l’intrigue et le principe rapidement sans se soucier des détails et de l’enchaînement des choses. Chaque épisode va ensuite appuyer sur le passé des nouveaux coéquipiers de Ray et Charlie, leur donner du crédit et une raison pour réussir leurs missions sans se faire la belle.

En ce qui concerne le casting, on a droit à de bons acteurs, qui ne se font pas remarquer par un jeu à outrance, mais qui savent se démarquer chacun dans leur rôle. Ray interprété par Domenick Lombardozzi (Entourage – S.W.A.T.) et un maillon sensible du duo Ray/Charlie. Anciennement dans les forces de police, il s’est retrouvé mêlé à un groupe de policiers corrompus et c’est retrouvé seul face à eux. Sa réputation en a pris un sacré coup et essaye alors d’accomplir autre chose de ses capacités pour retrouver sa place au sein de son équipe.

Quant à Charlie c’est Laz Alonso (Avatar – Fast and Furious 4 – Steppin’) qui prend le rôle. Par rapport aux autres acteurs, on le sent un peu moins impliqué.

Dans le groupe de détenus qui vont devoir servir leur pays, on pourra admirer le travail d’acteur de Jimmi Simpson (Abraham Lincoln : Chasseur de vampires – Knights of Badassdom) qui interprète le rôle de Lloyd. Sa personnalité va faire de lui un personnage clé dans les enquêtes.

Sean (Malcolm J. Goodwin) quant à lui va se voir directement concerné par une enquête et devra faire des concessions qui mettront en danger ses camarades sans le vouloir. Son lien direct avec les derniers épisodes va donner de l’importance à son personnage et le rendre plus mature et plus responsable. Son rôle est essentiellement limité à être le trublion de la bande pour le début de la saison et on ne s’attache pas directement à lui.

Pour finir, la gente masculine est représentée par Serinda Swan (Percy Jackson le voleur de foudre – Tron l’héritage) qui interprète Erica Reed et Brooke Nevin (Call Me Fitz – Les 4400) dans le rôle de Julianne Simms. Erica est une jeune maman qui restera très discrète sur son incarcération, ce qui rendra son personnage très intéressant. Son caractère très masculin va être d’une grande utilité. Serinda Swan a vraiment trouvé comment donner de la crédibilité à son personnage en mettant la juste dose d’émotion. Julianne Simms de son côté ne s’occupera que de l’administratif et du côté technique des missions. Elle souffre d’une maladie qui l’empêche malheureusement d’aider les autres sur le terrain. Elle va se rapprocher de Lloyd au fur et à mesure de la saison. Leur caractère très réservé les attire mais vont-ils réussir à surmonter leurs angoisses…

En bref, la première saison change des séries d’actions et d’évasion que l’on peut voir d’ordinaire. Notamment à partir de l’épisode 3 dans lequel on retrouve T-Bag de “Prison Break”. Son personnage très noir et psychologiquement dérangé fera plaisir à ses fans pendant plusieurs épisodes. Ceux qui aiment l’action et le suspens ne seront pas déçus. Les intrigues des principaux personnages vont se révéler intéressantes et on aura envie d’en savoir plus.

Malheureusement, la série va s’essouffler petit à petit jusqu’à faire dangereusement chuter les audiences. La série sera renouvelée pour une deuxième saison mais annulée après la diffusion de celle-ci.

breakout-kings-saison-1-critique-essentiel-series

Jimmi Simpson (Lloyd Lowery) – Malcolm J. Goodwin (Sean “Shea” Daniels) – Serinda Swan (Erica Reed) – Laz Alonso (Charlie DuChamp) – Domenick Lombardozzi (Ray Zancanelli)

Partager.

A propos de l'auteur

Laissez une réponse