“Agent Carter” – Saison 1 Episode 1

1
8.7 Awesome
  • Ambiance 9
  • Interprétation 9
  • Réalisation 8
  • User Ratings (0 Votes) 0

La fiche technique:

Créateurs: Tara Butters, Michele Fazekas
Producteurs: Jeph Loeb, Christopher Markus, Tara Butters, Michele Fazekas, Stepehn McFeely
Production: ABC Studios, Marvel Television
Acteurs: Hayley Atwell (Peggy Carter), James D’Arcy (Edwin Jarvis), Chad Michael Murray (Jack Thompson), Enver Gjokay (Daniel Sousa), Shia Whigham (Roger Dooley), Lindsy Fonseca (Angie Martinelli), Dominic Cooper (Howard Stark).

Chaîne de diffusion: ABC
Genre: Action / Espionnage / Super Héros
Saisons: 1 (série en production)
Site Officiel: Agent Carter
Diffusion en France: inconnue

“Agent Carter” – Le pitch:

Bien des années avant les exploits de l’Agent Coulson et de son équipe du SHIELD, il y avait l’Agent Carter. Personne ne devrait sous-estimer Peggy…

Nous sommes en 1946. La paix est désormais revenue sur la planète. Les hommes sont revenus du front et Peggy est de nouveau reléguée, obligée de s’occuper des basses oeuvres administratives du SSR (Strategic Scientific Reserve), alors qu’elle aimerait tant retourner sur le terrain et botter les fesses des criminels. Pour Peggy, la période est compliquée, d’autant plus qu’elle vient de perdre l’amour de sa vie : Steve Rogers, également connu sous le titre de “Captain America”.

L’ingénieur Howard Stark, une vieille connaissance, se retrouve accusé de vente d’armes illicite. Il contacte alors la seule personne en qui il ait réellement confiance : Peggy. A charge pour elle de traquer les vrais coupables : ceux qui ont effectivement vendu les armes, afin de laver l’honneur de Stark. Elle est aidée dans cette tâche par Edwin Jarvis, le majordome de Stark. Une tâche qui ne convient pas forcément à ce dernier : Jarvis n’aime pas vraiment les surprises, lui préférant la routine et le quotidien.

La double vie de Peggy est dangereuse. Et plus ses enquêtes progressent, plus elle découvre la vraie nature de l’organisation pour laquelle elle travaille. Elle en vient même à douter de l’innocence d’Howard Stark…

Série centrée sur le personnage de Peggy Carter, apparue dans le court métrage Agent Carter.

La bande annonce:

Mon avis:

Il fallait oser. Marvel l’a fait. Un peu plus d’un an après avoir lancé sa toute première série télévisée sur ABC avec Agents Of S.H.I.E.L.D., créant plusieurs ponts entre les films et la télévision, voici venir une nouvelle pépite, bien plus scintillante dans la galaxie de la Maison des Idées.

Basée sur l’un des personnages les plus intéressants du film Captain America : First Avengers sorti en 2011, Agent Carter possède de nombreux atouts.

Le premier et incontestable est son interprète principale, Hayley Atwell. Sa Peggy Carter sonne toujours juste dans ce monde où la testostérone règne en maître absolu sur la société. Héroïne de guerre, célèbre pour sa liaison avec feu Steve Rogers / Captain America, elle se retrouve reléguée à un rôle de secrétaire, répondant au téléphone et servant le café. Hayley semble à l’aise dans toutes les situations, qu’il s’agisse d’aller infiltrer une usine, se battre ou jouer son rôle de femme. Elle possède un charisme incroyable, qui ne vous laissera pas indifférent.

Comme vu à l’instant, nous sommes dans l’après-guerre et la reconstitution fidèle de l’époque vous fera très certainement voyager dans le passé. De la bande originale, dont plusieurs morceaux jazzy confèrent un rythme et une ambiance stylisée à la série, aux décors en passant par les costumes, l’illusion est là : on y croit !

En termes d’écriture, on est sur du bon, très bon travail puisque le tout se déroule sans faillir, les dialogues sont accrocheurs et Peggy ne manque pas de répartie. La double (triple ?) vie que doit mener l’agent Carter est une source d’inspiration inépuisable pour les scénaristes qui sont conscients de n’avoir que 8 épisodes en totalité pour raconter leur histoire. Et c’est sans doute là, l’autre point fort de la série : on ne va pas perdre de temps avec des épisodes lourds et dont l’intrigue n’évoluera pas. Du moins, c’est la promesse attendue.

Le reste du casting s’en sort avec les honneurs. James D’Arcy est un majordome dont on ne se lassera sans doute pas et son association avec Hayley Atwell fonctionne très bien. Si on est encore un peu dans le machisme exagéré pour les collègues de travail de Carter, il va sans dire que la mentalité de l’époque semble fidèlement reproduite. Le bonus : revoir Dominic Cooper dans le rôle d’Howard Stark. On espère qu’il reviendra vite, et à voir l’épisode ce sera sans doute le cas !

Agent Carter était-elle nécessaire ? Je dirais oui, car il reste une multitude d’histoires à raconter sur l’ancêtre du S.H.I.E.L.D. et l’époque choisie est tout bonnement fascinante. Ajoutons à cela un personnage principal féminin fort et indépendant, et vous obtiendrez la première super héroïne de Marvel !

Tandis que sa grande soeur sur ABC ne reviendra qu’en mars avec une intrigue plus développée que jamais, Agent Carter apporte une touche de fun, un ton libéré et une bonne dose d’action qui font du bien. C’est plaisant à suivre, et ça ne dure que 8 épisodes. Trop court ? Nous verrons !

Bienvenue en 1946 !

promotional-shoot-agent-carter-essentiel-series.jpg

Peggy Carter (Hayley Atwell) dans les bureaux du SSR.

Partager.

A propos de l'auteur

Un commentaire

  1. Un premier épisode qui n’augure que du bon ! Je ne peux qu’attester : Haylay Atwell a un charme fou et un charisme impressionnant. Cela faisait longtemps que je n’avais pas apprécié une héroïne de la sorte. Quant à l’intrigue, eh bien, nous pouvions nous douter qu’avec le père de Tony, tout ne serait pas simple et encore moins complètement clair, mais ce qui fait le succès de Howard Stark. J’ai hâte dans savoir plus. Allez, je file voir la suite !

Laissez une réponse