“2 Broke Girls” – Saison 1

1

La fiche technique:

Créateurs: Michael Patrick King, Whitney Cummings
Producteurs: Tim Kaiser, Michael Patrick King
Production:  MPK Productions, Warner Bros. Television
Acteurs: Kat Dennings (Max Black), Beth Behrs (Caroline Channing), Matthew Moy (Han Lee), Garrett Morris (Earl), Jonathan Kite (Oleg), Jennifer Coolidge (Sophie), Brooke Lyons (Peach), Nick Zano (Johnny)
Chaîne de diffusion: CBS
Genre: Comédie – Sitcom
Saisons: 2 (en production) – 28 Episodes
Site officiel: 2 Broke Girls

“2 Broke Girls” Saison 1- Le pitch:

Pour essayer, difficilement, à couvrir ses fins de mois, Max Black travaille dans un restaurant un brin miteux à Brooklyn, en plus de quelques extras. Un jour elle va croiser le chemin de Caroline Channing, jeune femme du monde huppé des millionnaires américains.

Caroline doit malheureusement faire face à l’arrestation de son père pour détournement d’argent. En plus d’avoir à quitter son palace, elle se retrouve sans argent.

C’est alors que va naître une amitié entre les deux jeunes filles. Une amitié qui va s’avérer plus que difficile de chaque côté. Max  n’a jamais eu une vie facile et sa mère, alcoolique, ne lui parle jamais. C’est une jeune femme qui n’a pas sa langue et ses manières dans sa poche. Tandis que Caroline est plutôt précieuse et maniérée.

Heureusement pour elles, cette alliance va leur permettre de tenir malgré les difficultés de la vie et de monter leur propre projet; développer une entreprise de cupcakes.

La bande annonce:

Mon avis:

“2 Broke Girls” n’est pas une série facile à apprécier aux premiers abords. Il faut attendre le 5ème épisode pour se prendre d’attache pour ces deux jeunes femmes paumées, que la vie n’épargne pas.

Kat Dennings (Thor – Une Nuit à New York) a un caractère vraiment bien particulier. Elle représente, dans la série, le féminisme, la femme forte et indépendante, peu importe dans quels ennuis elle se trouve. Une prestation qui lui vaudra une récompense et plusieurs nominations. Son personnage pourrait en énerver plus d’un/une devant sa télévision, c’est pourquoi il vaut mieux regarder plusieurs épisodes avant de se faire une idée préconçue.

A ses côté on a Beth Behrs (American Pie; les sex commandements – Castle), qui interprète cette jeune femme gâtée depuis sa naissance, qui ne peut se résigner à devenir petite serveuse dans un bui-bui dans les sombres quartiers de Brooklyn. Ce sont justement ces allures précieuses qui vont rendre son personnage hilarant. On peut être sceptique au début car elle représente une catégorie de personnes qui peuvent devenir énervantes pour d’autres.

Elle (et son cheval) et Max vont se retrouver colocataires. Il n’y a pas de petites économies, les filles l’ont bien compris. Lorsqu’il est question de s’acheter un nouveau four ou de payer le loyer on a le droit à des scènes plus que comiques.

L’amitié entre les deux va modifier leurs caractères. Caroline va apprendre à se débrouiller seule en prenant exemple sur Max (ce qui lui vaudra justement quelques gamelles ultra-comiques) quant à Max, elle va apprendre à avoir de la sympathie pour autrui et a baisser un tantinet la grandeur de son égo.

Le premier épisode est hilarant et pose les bases de la séries solidement. Si vous vous contentez des 2/3 premiers épisodes, l’humour de Max et d’Oleg deviendra vite redondant, mais les créateurs en ont vite pris conscience et l’humour se développe pour s’enrichir (à défaut des filles) tout au long de la saison. Du même point de vue, le personnage de Peach (Brooke Lyons) va devenir presque ennuyeux pour le spectateur et les créateurs en ont bien conscience. L’arrivée de Jennifer Coolidge (American Pie – Click) dans le rôle de Sophie, la voisine plantureuse polonaise exubérante, va petit à petit éclipser Peach vers la sortie.

Whitney Cummings (Whitney) et Michael Patrick King (Sex and the City) ont su dresser un portrait complémentaire de ces deux jeunes femmes, qui, au travers d’une lutte des classes presque invisible, se suffisent à elles-même et on en oublierais presque les autres personnages. D’ailleurs, la majorité des scènes ne sont tournées que dans leur appartement ou dans le restaurant. Encore un point qui nous montre que tout le succès de la série ne repose que sur les épaules des jeunes actrices.

Il faut savoir que la série est tournée en multi caméra, ce qui se fait de plus en plus rare, mais qui fait l’originalité des sitcoms. De plus, comme la vrai sitcom, “2 Broke Girls” est tournée face à un public. Ce qui rend, évidemment, les scènes comiques beaucoup plus réalistes qu’avec des rires enregistrés et éparpillés un peu partout dans les épisodes. Et le plus marrant encore, c’est que même les acteurs ont parfois du mal à se retenir. On voit que leur fou-rire n’était pas prévu ou qu’ils sourient quand ils ne devraient pas. De simples détails mais qui accentuent le comique de mots ou de situations.

En bref, on s’attache à Caroline et Max comme à Oleg et Han. Le concept reste simple et rafraîchissant, ce qui rend cette sitcom vraiment très sympathique. Petit détail supplémentaire, la fin de chaque épisode est marquée par le montant que Caroline et Max ont réussi à récolter depuis le début de la saison pour ouvrir leur entreprise de Cupcakes. On arrive donc à suivre l’évolution des deux jeunes femmes au travers de toutes les misères qui leur tombent dessus tous les jours.

2-broke-girls-critique-saison-1-Essentiel-series

Beth Behrs (Caroline) – Kat Dennings (Max)

Partager.

A propos de l'auteur

Un commentaire

  1. Ping de retour Les séries renouvelées et annulées 2013/2014 - Mise à jour du 11 décembre 2013 | Essentiel-Series

Laissez une réponse